#ffffff

Savoir raisonner
Fiche 1. La typologie des textes


C'est l'intention de l'auteur qui permet de classer les principaux types de textes
: il veut informer, expliquer, donner un ordre ou un conseil, convaincre ou influencer. Mais un texte n'appartient jamais à un seul type de texte: il s'agit d'en dégager l'élément dominant: on parlera donc de texte à dominante injonctive, argumentative…

On parle parfois de texte descriptif pour simplifier
: en réalité, la description peut faire partie d'un texte narratif, d'un texte explicatif, d'un texte argumentatif, etc.…

Les distinctions de types de textes sont surtout valables pour l
es textes non littéraires. Ceux-ci n'ont pas pour seul but d'informer, de distraire, de convaincre ou de donner des consignes.
Le texte littéraire, en particulier poétique, est beaucoup plus complexe
: c'est d'abord une forme d'art: l'auteur cherche à créer quelque chose de beau. On peut cependant se servir des catégories de textes que nous avons définies pour servir à aider à expliquer un texte littéraire.
On peut distinguer cinq principaux types de textes
:
- les textes narratifs, qui présentent des faits sous forme de récit
;
- les textes informatifs, qui apportent des renseignements objectifs
;
- les textes explicatifs, qui apportent des explications
;
- les textes injonctifs, qui donnent une consigne, un ordre, un conseil
;
- les textes argumentatifs, qui visent à faire changer quelqu'un d'avis.

Typologie de textes autour de la chauve-souris

Texte 1 Chéiroptères


On appelle ainsi nos
Chauves-souris, animaux caractérisés par le fort développement des phalanges des membres antérieurs, qui soutiennent des membranes aliformes ou alaires que l'on appelle vulgairement ailes. Celles-ci s'étendent jusqu'aux membres inférieurs et se prolongent ordinairement entre ces derniers, soutenues par les calcanéums 1 et la queue qu'elles englobent plus ou moins complètement.
Nos chauves-souris habitent les greniers, les combles, les clochers, les ruines, les vieux troncs d'arbres, les grottes, cavernes, caves et souterrains, où elles se réfugient le jour, et restent tout l'hiver dans un engourdissement profond, alors que le froid a fait disparaître les insectes qui constituaient leur nourriture.
Ce sont des animaux à mœurs crépusculaires ou nocturnes. Rarement ils se posent à terre où leur démarche est pénible. Pour hiberner, dormir ou se reposer, ils s'accrochent à quelque saillie et s'y suspendent la tête en bas, s'enveloppant plus ou moins complètement dans leurs ailes. Quelquefois cependant, ils se glissent et se pelotonnent à plusieurs dans quelque fissure de rochers ou de murailles, laissant à peine le passage pour leur corps.
Cet ordre très nombreux en espèces dans les pays chauds, renferme à la fois des
frugivores, des insectivores et même des carnassiers.
Il est représenté chez nous par 25 espèces toutes insectivores et appartenant à trois familles
: les RHINOLOPHIDÉS, les VESPERTILIONIDÉS et les EMBALLONURIDÉS.

A. Bouvier, Les Mammifères de la France, 1891.


1. Calcanéums
: os du talon.


Texte 2 La chauve-souris est-elle dangereuse et répugnante?


En abordant le chapitre de la chauve-souris, il nous paraît utile de procéder tout d'abord à la réhabilitation
1 ou du moins d'y collaborer, car cette bestiole, parfaitement inoffensive et éminemment utile, ne souffre plus que rarement de mauvais traitements. On n'en aperçoit plus guère de crucifiées vivantes sur des portes de granges ou d'habitations pour servir d'épouvantails à leurs congénères et les écarter ainsi des lieux habités où elles apportent, chacun sait cela, le malheur et le mauvais œil. Ces superstitions stupides sont en régression: mais une répulsion physique, irraisonnée, persiste à faire passer la chauve-souris pour un animal dangereux, hideux et répugnant. Cela tient à un défaut d'observation et même à une absence totale d'observation. On n'ose pas regarder les chauves-souris de près, ou on n'en a pas l'occasion, et de grossières erreurs sont formulées et perpétuées à leur sujet. Cette ignorance et cette prévention viennent en grande partie de ce qu'il s'agit d'un animal nocturne, et que l'homme porte en lui la terreur atavique2, ancestrale, des ténèbres et de tous les êtres qui vivent et circulent la nuit.
Cette crainte instinctive, cette aversion ne tiendraient-elles pas aussi au nom lui-même, qui évoque le rat, animal répugnant, et une nudité qui ne correspond pas à la réalité
? La chauve-souris a, au contraire, un pelage fin, très doux, une petite fourrure très fournie.
On l'accuse encore d'être munie de griffes dont elle se sert pour s'accrocher aux cheveux
! Où et comment a pu naître une pareille légende, on se le demande: car, si la chauve-souris est en effet pourvue de petites griffes fines et fragiles, qui lui servent à se suspendre aux voûtes et aux parois rocheuses, jamais cette bestiole timide craintive, n'ose s'approcher de l'homme, et encore moins se poser sur sa chevelure. D'autre part, l'adresse de son vol, dans l'obscurité comme au grand jour, n'est jamais en défaut et la met à l'abri de pareilles maladresses et imprudences.
La chauve-souris exhale une odeur repoussante, disent ceux qui, ayant visité une grotte fréquentée par ces chiroptères, ont eu leur odorat incommodé par une odeur musquée qui se dégage de ces cavernes. C'est ici le cas de faire remarquer qu'il ne faut pas prendre l'effet pour la cause
: car, si le guano3 de chauve-souris, qui existe parfois en accumulations incroyables dans les grottes, a une odeur désagréable, encore que très supportable, la chauve-souris, elle, est exempte de toute émanation, parfaitement propre et inodore, comme on peut s'en convaincre aisément en prenant l'animal dans la main.
Mais ses ailes sont nues, dira-t-on encore et cela est affreux. Oui, elles sont nues, étant formées d'une membrane non pas sèche, parcheminée et comme morte, mais soyeuse translucide, finement irradiée de vaisseaux et de nerfs et dont l'armature flexible est une merveille…

Norbert Casteret, Au fond des gouffres.


1. Réhabilitation
: fait de déclarer innocente une personne accusée à tort.
2. Atavique
: qui vient des ancêtres.
3. Guano
: excréments séchés.


Texte 3 La chauve-souris


Au village, la chauve-souris a mauvaise réputation. Les garnements la clouent sur la porte des granges, les filles craignent que celles qui, au crépuscule, battent l'air de leur vol saccadé, ne s'emmêlent dans leurs cheveux. C'est l'animal des cauchemars, la sombre émergence de l'enfer. Dante
1 découvre le corps poilu de Lucifer affublé de ses ailes; dans les peintures ou les statues des cathédrales, le diable est un mélange de bouc et de chauve-souris.
Cependant, pour l'imagerie urbaine de notre temps, elle devient au contraire la bonne force cachée qui poursuit les méchants
: elle brille sur la poitrine de Batman, les mouvements de cape des héros de bandes dessinées imitent ses déploiements de membranes et de griffes, elle est la justice qui veille inexorable, dans les ténèbres.
La chauve-souris en somme, est un mythe et un symbole. L'animal, lui, est ignoré
; tout le monde l'a vu voler deci delà, le soir, se dirigeant sans hésitation à travers l'obscurité; quelques-uns l'ont trouvé sous les poutres de leur grenier, pendu par les pattes, enveloppé dans ses ailes refermées: mais bien peu l'ont regardé de près.

D'après Paul Caro, Le Monde, 20 mars 1982.


1. Dante
: grand poète italien du XIVe siècle. Son poème, fondateur de la langue italienne, est La Divine Comédie. La première partie raconte la descente aux enfers du poète, et sa découverte du Diable, qui porte des ailes de chauve-souris.


Texte 4 La pipistrelle


J'aurais pu dire
: la Chauve-souris. Mais je n'aime guère ce nom bâtard, deux fois traître. Car cette « chauve » est dotée d'une toison, épaisse et douce; et cette « souris » n'est pas un rongeur. Remarquablement endentée, elle est pourvue de crocs qui percent allègrement la chitine1 des plus dures élytres. Ainsi le fabuliste2 a tort, qui la voit oiseau et rat sur la foi d'un nom abusif. Même si mon sentiment est celui d'un profane, je voudrais néanmoins ne me réclamer que de lui.
C'est pourquoi je préfère Pipistrelle
3 à Chauve-souris. Je ne vois pas la chauve souris, mais très bien la pipistrelle, petit mammifère volant et le seul de la création, prendre son essor vespéral en emportant pendu à elle, son petit pipistrelleau. Son vol zigzaguant, capricieux, apparemment incertain, est en réalité l'un des plus sûrs qui soient dans toute la gent ailée, on oserait dire: « oiseaux compris ». Toutes les voltes, tous les retournements, les montées verticales, les piqués, les descentes en vrille, nulle figure, nulle témérité, nulle prouesse paradoxale que cette mère ne puisse se permettre. Et pendant toute cette voltige, pendant que les fines dents pointues déchiquettent en plein vol les noctuelles, les éphémères, font éclater les lourds, coriaces et fondants hannetons, le rejeton, solidement cramponné des griffes, tête activement l'une, puis l'autre des mamelles gonflées de lait que lui offre la poitrine maternelle.
Il y aurait de quoi trembler pour lui, s'agirait-il seulement d'une brève incursion aérienne que suivrait un retour au perchoir, plus exactement au pendoir, trou de roche ou poutre de grenier. Point du tout, le vol se prolonge, pousse ses pointes de plus en plus loin, toujours aussi heurté, capricieux, zigzaguant à la poursuite des proies ailées. Et le pipistrelleau ne tombe pas
? Presque jamais. Ou alors sa mère le ramasse, le cueille à la volée, plus rapide qu'un cavalier afghan dans un roman de Joseph Kessel. Deux faits concourent à se sécurité: d'abord ses petites griffes, prodigieusement fines, recourbées comme des hameçons sans ardillon, et qui s'accrochent d'elles-mêmes à ce qu'elles viennent d'effleurer, bois de charpente, aspérité d'une pierre ou fourrure du sein maternel; et d'autre part ce vol propre à l'espèce dont je n'ai rien dit qu'à peine la sûreté.
Sur ces deux points il me faut revenir. Cette très étrange pipistrelle, ce petit monstre a de quoi passionner. Chasseur libre, aventureuse dès qu'elle est seule, follet noir des nuits de lune, elle redevient intégralement grégaire
4 aux heures de repos, du sommeil. Blottie dans ses ailes repliées, suspendue la tête en bas, elle cesse alors d'être individu pour devenir parcelle d'une colonie dense et velue, un seul être, une seule chaleur, un seul gazouillis continu qui se lève et se tait d'une seule voix.

Maurice Genevoix, Bestiaire enchanté, Plon.


1. Chitine: substance dure constituant la carapace des insectes.
2. Fabuliste
: La Fontaine. Allusion à la fable « La Chauve-souris et les deux belettes »:
« Je suis oiseau
; voyez mes ailes (...)
Je suis souris
; vivent les rats! »
3. Pipistrelle
: de l'italien pipistrello, déformation du latin vespertilio, de vesper, le soir.
4. Grégaire
: qui vit en groupe.

QUESTIONNAIRES SUR LES TEXTES

Texte 1. Chéiroptères

1. Quel est le temps verbal utilisé dans l'ensemble du texte? Justifiez son emploi.
2. Comment les chauves-souris sont-elles successivement désignées
?
3. L'attitude de l'auteur par rapport à ces animaux est-elle - neutre - positive - négative
?
4. Le texte comporte un raisonnement destiné à convaincre quelqu'un
?
5. Relevez des termes scientifiques.
6. Quelles phrases apportent des explications
?

Texte 2. La chauve-souris est-elle dangereuse et répugnante?

1.Quelle est l'intention de l'auteur, exprimée dans la première phrase
?
2. Quelle est la situation actuelle de la chauve-souris
?
3. Quelle explication est donnée à cette situation
?
4. Quelle hypothèse est formulée dans le premier paragraphe
?
5. Complétez le tableau suivant pour analyser la suite du texte
:



Texte 3. La chauve-souris

1. Relevez les indications de lieu mentionnées dans les deux premiers paragraphes. Quel rapport ces lieux ont-ils entre eux
?
2. Quelle est l'image traditionnelle de la chauve-souris
?
3. Quelle est son image moderne, d'après le journaliste
?
4.En quoi ces deux images s'opposent-elles
? À laquelle correspond le mythe? le symbole?
5. Relevez les points communs et les différences dans l'image donnée de l'animal.
6. Quelle conclusion apporte le troisième paragraphe
?
7. De quel type de texte s'agit-il ici
? Justifiez votre réponse.
8. Trouvez un titre qui résume l'essentiel du texte (vous pouvez utiliser une phrase ou des mots cités dans le texte).

Texte 4. La pipistrelle
1. Pour quelle raison l'auteur refuse-t-il le nom de chauve-souris?
2. Quel contraste est mis en valeur dans la description du vol de l'animal
?
3. Comment celui-ci se nourrit-il
?
4. Pourquoi, à votre avis, l'auteur a-t-il choisi de présenter une mère et son pipistrelleau
? Quelles expressions vous paraissent les plus significatives?
5. Relevez toutes les images et les métaphores qui dépeignent l'animal dans le dernier paragraphe et classez-les selon ce qu'elles évoquent.
6. Les paragraphes deux et trois constituent-ils - une description - un récit - une description narrativisée
?
7. L'ensemble du texte vous paraît-il plutôt proche du texte - informatif - narratif - descriptif - poétique - argumentatif
?


Synthèse des quatre textes

1. Quelle est la seule indication qui se retrouve, sous différentes formes, dans les quatre textes
?
2. Quel texte vous paraît le plus scientifique
? le plus littéraire? le plus convaincant?
3. Cherchez un texte scientifique contemporain sur la chauve-souris, dans un manuel de biologie ou une encyclopédie. Comparez les informations qu'il apporte à celles qui sont mentionnées dans le premier texte.
4. Cherchez le texte de l'arrêté du 17 avril 1981 du
Journal Officiel fixant la liste des mammifères protégés sur le territoire français. De quel type de texte s'agit-il?


Exercices
1. Par équipes de quatre, et pour un animal que vous choisirez, écrivez quatre textes de type différent: descriptif - narratif - informatif ou explicatif - injonctif (qui donne des conseils ou des consignes).

2. Écrivez un texte journalistique alertant sur la disparition possible des chauves-souris
:
- Choisissez un titre à sensation
;
- Construisez des paragraphes frappants (une idée par paragraphe) avec des intertitres
;
- Prévoyez des illustrations et une mise en page s'inspirant des journaux de vulgarisation scientifique
;
- Vous pourrez rédiger des textes plus courts, plus informatifs, venant s'insérer en encarts dans la page.


Fiches publiées dans Lire à loisir 3e, Nathan.
Pour obtenir les corrigés des 8 fiches « Savoir raisonner » (32 pages)
 :
participation de 3,99 euros aux frais d’hébergement du site.

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !













!">