Passion Lettres

Livre du jour Stefan Zweig Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

INCIPIT
Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit


« Dans la petite pension de la Riviera où je me trouvais alors (dix ans avant la guerre1), avait éclaté à notre table une violente discussion qui brusquement menaça de tourner en altercation furieuse et fut même accompagnée de paroles haineuses et injurieuses. La plupart des gens n’ont qu’une imagination émoussée. Ce qui ne les touche pas directement, en leur enfonçant comme un coin aigu en plein cerveau, n’arrive guère à les émouvoir; mais si devant leurs yeux, à portée immédiate de leur sensibilité, se produit quelque chose, même de peu d’importance, aussitôt bouillonne en eux une passion démesurée. Alors ils compensent, dans une certaine mesure, leur indifférence coutumière par une véhémence déplacée et exagérée.
Ainsi en fut-il cette fois-là dans notre société de commensaux tout à fait bourgeois, qui […] »
(1) Il s’agit ici, bien sûr, de la Première guerre mondiale, et nous sommes donc aux environs de 1904.

Stefan Zweig, Vingt-Quatre heures de la vie d’une femme

Comments

Livre du jour S; Zweig Le Joueur d'échecs

INCIPIT
Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit


«Sur le grand paquebot qui à minuit devait quitter New York à destination de Buenos Aires, régnait le va-et-vient habituel du dernier moment. Les passagers embarquaient, escortés d’une foule d’amis: des porteurs de télégrammes, la casquette sur l’oreille, jetaient des noms à travers les salons: on amenait des malles et des fleurs, des enfants curieux couraient du haut en bas du navire, pendant que l’orchestre accompagnait […]. »

Le Joueur d’échecs, de Stefan Zweig.

Comments