Passion Lettres

Livre du jour Émile Zola Paris

INCIPIT
Chaque jour un livre en téléchargement gratuit

Ce matin-là, vers la fin de janvier, l’abbé Pierre Froment, qui avait une messe à dire au Sacré-Cœur de Montmartre, se retrouvait dès huit heures sur la Butte devant la basilique. Et, avant d’entrer, un instant il regarda Paris, dont la mer immense se déroulait à ses pieds.
C’était, après deux mois de froid terrible, de neige et de glace, un Paris noyé sous un dégel morne et frissonnant. Du vaste ciel, couleur de plomb, tombait le deuil d’une brume épaisse. Tout l’est de la ville, les quartiers de misère et de travail, semblaient submergés dans des fumées roussâtres, où l’on devinait le souffle des chantiers et des usines
; tandis que, vers l’ouest, vers les quartiers de richesse et de jouissance, la débâcle du brouillard s’éclairait, n’était plus qu’un voile fin, immobile de vapeur. On devinait à peine la ligne ronde de l’horizon, le champ sans bornes des maisons apparaissait […]

Émile Zola, Les Trois villes, I, Paris

Comments

Livre du jour Voltaire Essai sur les mœurs


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit


Voltaire, 1694-1778

Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756)

Une édition électronique réalisée à partir du livre de Voltaire (1756),
Essai sur les mœurs et l’esprit des nations.
Paris
: Éditions sociales, 1962, 304 pages. Collection: Les classiques du peuple.

Le livre en format Word 2001 à télécharger (Un fichier de 131 pages de 536 K)
Le livre en format PDF (Adobe Acrobat Reader) à télécharger (Un fichier de 131 pages de 516 K)
Le livre en format RTF (rich text format) à télécharger (Un fichier de 131 pages de 704 K.)



Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations
Comments

Livre du jour R. Radiguet Le Diable au corps

INCIPIT
Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

« Je vais encourir bien des reproches. Mais qu’y puis-je? Est-ce ma faute si j’eus douze ans quelques mois avant la déclaration de la guerre? Sans doute, les troubles qui me vinrent de cette période extraordinaire furent d’une sorte qu’on n’éprouve jamais à cet âge; mais comme il n’existe rien d’assez fort pour nous vieillir malgré les apparences, c’est en enfant que je devais me conduire dans une aventure où déjà un homme eût éprouvé de l’embarras. Je ne suis pas le seul. Et mes camarades garderont de cette époque un souvenir qui n’est pas celui de leurs aînés. Que ceux déjà qui m’en veulent se représentent ce que fut la guerre pour tant de très jeunes garçons: quatre ans de grandes vacances.
Nous habitions à F…, au bord de la Marne.
Mes parents condamnaient plutôt la camaraderie mixte. La sensualité, qui naît avec nous et se manifeste encore aveugle, y gagna au lieu de s’y perdre.
Je n’ai jamais été un rêveur. Ce qui me semble rêve aux autres, plus crédules, me paraissait à moi aussi réel que le fromage au chat, malgré la cloche de verre. Pourtant la cloche existe.
La cloche se cassant, le chat en profite, même si ce sont ses maîtres qui la cassent et s’y coupent les mains.
Jusqu’à douze ans, je ne vois aucune amourette, sauf pour une petite fille, nommée Carmen, à qui je fis tenir, par un gamin plus jeune que moi, une lettre dans laquelle je lui exprimais mon amour. Je m’autorisais de cet amour pour solliciter un rendez-vous. Ma lettre lui avait été remise le matin avant qu’elle se rendît en classe. J’avais distingué la seule fillette qui me ressemblât, parce qu’elle était propre, et allait à l’école accompagnée d’une petite, comme moi de mon petit frère.
[…] »

Raymond Radiguet, le Diable au corps.

Comments

Livre du jour Thomas Le Roman de Tristan


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit




Entre ses bras Yseut la reïne.
Bien cuidoient estre a seor.
Sorvient i par estrange eor
Li rois, que li nains i amene.
Prendre les cuidoit a l’ovraine,
Mes, merci Deu, bien demorerent
Quant aus endormis les troverent.
Li rois les voit, au naim a dit
:
« Atendés moi chi un petit
;
En cel palais la sus irai,
De mes barons i amerrai
:
Verront com les avon trovez
;
Ardoir les frai, quant ert pruvé."
Tristran s’esvella a itant,

Thomas, Le Roman de Tristan, manuscrits de Cambridge et d’Oxford

Comments

Livre du jour Villiers de l'Isle Adam


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Auguste Villiers de l’Isle Adam

[…]
« Six heures sonnèrent. « Un instant, dis-je en étendant le doigt vers la pendule
: voici une heure qui nous rend tous un peu complices de la folie de cet homme. Donc, ayons plus d’indulgence pour elle. Ne sommes-nous pas, en ce moment même, implicitement, d’une barbarie à peu près aussi morne que la sienne? »
À ces mots, l’on resta debout, en grand silence. Susannah me regarda sous son masque
: j’eus la sensation d’une lueur d’acier. Elle détourna la tête et entrouvrit une fenêtre, très vite. L’heure sonnait, au loin, à tous les clochers de Paris. Au sixième coup, tout le monde tressaillit profondément?; — et je regardai, pensif, la tête d’un démon de cuivre, aux traits crispés, qui soutenait, dans une patère, les flots sanglants des rideaux rouges. […]»


Le convive des dernières fêtes

Comments

Livre du jour Jean Racine Andromaque


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

« Seigneur, voyez l’état où vous me réduisez.
J’ai vu mon père mort et nos murs embrasés
;
J’ai vu trancher les jours de ma famille entière,
Et mon époux sanglant traîné sur la poussière,
Son fils seul avec moi, réservé pour les fers.
Mais que ne peut un fils
? Je respire, je sers.
J’ai fait plus
: je me suis quelquefois consolée
Qu’ici, plutôt qu’ailleurs, le sort m’eût exilée
;
Qu’heureux dans son malheur, le fils de tant de rois,
Puisqu’il devait servir, fût tombé sous vos lois.
J’ai cru que sa prison deviendrait son asile.
Jadis Priam soumis fut respecté d’Achille
:
J’attendais de son fils encor plus de bonté.
Pardonne, cher Hector, à ma crédulité
!
Je n’ai pu soupçonner ton ennemi d’un crime
;
Malgré lui-même enfin je l’ai cru magnanime.
Ah
! s’il l’était assez pour nous laisser du moins
Au tombeau qu’à ta cendre ont élevé mes soins,
Et que finissant là sa haine et nos misères,
Il ne séparât point des dépouilles si chères
! »

Jean Racine, Andromaque

Comments

Livre du jour A. Dumas Othon l'Archer

INCIPIT
Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit


« Vers la fin de l’année 1340, par une nuit froide, mais encore belle de l’automne, un cavalier suivait le chemin étroit qui côtoie la rive gauche du Rhin. On aurait pu croire, attendu l’heure avancée et le pas rapide qu’il avait fait prendre à son cheval, si fatigué qu’il fût de la longue journée déjà faite, qu’il allait s’arrêter au moins pendant quelques heures dans la petite ville d’Oberwinter, dans laquelle il venait d’entrer; mais au […]. »

Othon l’archer, d’Alexandre Dumas

Chronique des bords du Rhin, paru en feuilleton dans Le Siècle

Comments

Livre du jour Voltaire Ce qui plaît aux dames


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Apparemment, ce récit en vers n’a rien à voir avec Perrault, mais pourtant, si!

VoltaireCe qui plaît aux dames
1764

Or maintenant que le beau Dieu du jour
Des Africains va brûlant la contrée,
Qu’un cercle étroit chez nous borne son tour,
Et que l’hiver allonge la soirée,
Après souper pour vous désennuyer,
Mes chers amis, écoutez une histoire
Touchant un pauvre et noble chevalier,
Dont l’aventure est digne de mémoire.
Son nom était Messire Jean Robert,
Lequel vivait sous le roi Dagobert.
Il voyagea devers Rome la sainte,
Qui surpassait la Rome des Césars
;
Il rapportait de son auguste enceinte,
Non des lauriers cueillis aux champs de Mars,
Mais des agnus avec des indulgences,
Et des pardons, et de belles dispenses
;
Mon chevalier en était tout chargé,
D’argent fort peu
; car dans ces temps de crise
Tout paladin fut très mal partagé
;
L’argent n’allait qu’aux mains des gens d’église. […]

VoltaireCe qui plaît aux dames

Comments

Livre du jour Rilke Les Cahiers de Malte Laurids Brigge


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

RAINER MARIA RILKE,
Les Cahiers de Malte Laurids Brigge

Jeune poète danois, Malte Laurids Brigge arpente le pavé parisien à la recherche de la réalité. Une réalité crue, qui sent « 
l’iodoforme, la graisse de pommes frites, la peur ». Autour de lui, on meurt dans l’anonymat et le vacarme de la métropole, on se déchire au détour d’une ruelle sans même prêter attention à sa présence. Qu’elle est loin, la douce harmonie d’une enfance passée dans un château bordant la mer Baltique… Chaque visage déformé par la misère s’imprime de façon indélébile dans l’âme de Malte, qui veut tout voir, tout entendre et tout éprouver. Cette terrifiante expérience rend criante une vérité que son éducation avait cherché à occulter: la mort est une chose que chaque être porte en lui. Malte écrit pour conjurer ses angoisses, sans jamais tenter de se détourner de la violence du monde car l’épreuve de l’art ne peut se satisfaire de faux-semblants. Double fantomatique de Rilke, le personnage des ces Cahiers symbolise la difficulté d’écrire et l’aspect potentiellement destructeur d’une telle entreprise. Le poète se doit de recevoir le monde, en a-t-il pour autant la force? Comme le dira plus tard René Char: « La lucidité est la blessure la plus proche du soleil. »

Premier roman de la modernité ou grand poème en prose
? Les Carnets de Malte Laurids Brigge tiennent plutôt de la mosaïque ou de la tapisserie. Au centre, la Dame rassemble toutes les autres dames, du temps jadis ou des temps modernes. Au début et à la fin, l’enfance et ses terreurs, l’Invisible devenu visible sous la forme de fantôme, et l’Invisible caché de la solitude intérieure. Entre les deux, s’entrecroisent la trame de la mort, de l’angoisse, de la maladie, de la folie, du meurtre, et la chaîne de la foi, de l’amour, du désintéressement et de la sainteté. Des figures évoluent, jeunes filles et femmes, rois et mendiants, jeunes défunts et vieilles acariâtres, tandis que passent les fantômes et que s’élève doucement un Ange qui attendra quelques années avant de déployer plus largement ses ailes dans les Élégies de Duino et les Sonnets à Orphée.

RAINER MARIA RILKE, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge


Comments

Livre du jour La Harpe Prophétie de Cazotte

INCIPIT
Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Jean-François de La Harpe

(1739-1803)

La prophétie de Cazotte
Il me semble que c’était hier, et c’était cependant au commencement de 1788. Nous étions à table chez un de nos confrères à l’Académie, grand seigneur et homme d’esprit; la compagnie était nombreuse et de tout état, gens de robe, gens de cour, gens de lettres, académiciens, etc. On avait fait grande chère, comme de coutume. Au dessert, les vins de Malvoisie et de Constance ajoutaient à la gaieté de la bonne compagnie cette sorte de liberté qui n’en gardait pas toujours le ton: on en était venu alors dans le monde au point où tout est permis pour faire rire.
Chamfort nous avait lu de ses contes impies et libertins, et les grandes dames avaient écouté sans avoir même recours à l’éventail. De là un déluge de plaisanteries sur la religion
: et d’applaudir. Un convive se lève, et tenant son verre plein: « Oui, messieurs, s’écrie-t-il, je suis aussi sûr qu’il n’a pas de Dieu que je suis sûr qu’Homère est un sot. »


La prophétie de Cazotte

Comments

Livre du jour B. Cendrars Prose du Transsibérien


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

« Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre»

Blaise Cendrars,
Prose du Transsibérien

http://www.franceweb.fr/poesie/transib.htm

N’oubliez pas de cliquer sur les images pour continuer le voyage.
Comments

Livre du jour Théophile Gautier De la mode

INCIPIT
Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit


«Pourquoi l’art du vêtement est-il abandonné tout entier au caprice des tailleurs et des couturières, dans une civilisation où l’habit est d’une grande importance, puisque, par suite des idées morales et du climat, le nu n’y paraît jamais? Le vêtement, à l’époque moderne, est devenu pour l’homme une sorte de peau dont il ne se sépare sous aucun prétexte et qui lui adhère comme le pelage à un animal, à ce point que la forme réelle du corps est de nos jours tout à fait tombée en oubli. Toute […]. »

De la mode, de Théophile Gautier.

Comments

Livre du jour Crébillon La Nuit et le moment

INCIPIT
Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Dialogue.
Cidalise, Clitandre.

Cidalise,
voyant entrer Clitandre en robe de chambre.
Ah, bon dieu
! Clitandre, quoi!
C’est vous
?

Clitandre. Votre surprise, madame, a de quoi m’étonner
; je vous croyois accoutumée à me voir vous faire ma cour, et je
ne comprends pas ce que vous trouvez de si extraordinaire dans la visite que je vous fais.

Cid. C’est que je croyois avoir quelque raison de penser que si vous vouliez bien veiller aujourd’hui avec quelqu’un, ce ne seroit pas avec moi, et que, dans les idées que j’avois, votre présence m’a étonnée.

Clit. Cérémonie à part, ne produit-elle sur vous que cet effet
? Ne vous embarrassé-je pas plus encore […]

Crébillon, La Nuit et le moment


Comments

Livre du jour Jean Giraudoux Electre


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Électre, Jean Giraudoux

Date de la publication de la pièce
: 1937
Après le succès de
La guerre de Troie n’aura pas lieu, l’idée vient à Giraudoux en 1935 ou 1936 d'« épousseter » le mythe d’Électre que Claudel avait remis dans l’air du temps en traduisant l’Agamemnon d’Eschyle.


SCÈNE PREMIÈRE
Un étranger (Oreste) entre escorté de trois petites filles, au moment où, de l’autre c
té, arrivent le jardinier, en costume de fte, et les invités villageois.
PREMIÈRE PETITE FILLE. – Ce qu’il est beau, le jardi- nier !
DEUXIÈME PETITE FILLE. – Tu penses ! C’est le jour de son mariage.
TROISIÈME PETITE FILLE. – Le voilà, monsieur, votre palais d’Agamemnon !
L’ÉTRANGER. – Curieuse fa
ade !... Elle est d’aplomb ?
PREMIÈRE PETITE FILLE. – Non. Le c
té droit n’existe pas. On croit le voir, mais c’est un mirage. C’est comme le jardi- nier qui vient là, qui veut vous parler. Il ne vient pas. Il ne va pas pouvoir dire un mot.
DEUXIÈME PETITE FILLE. – Ou il va braire. Ou miauler.


Jean Giraudoux, Électre


Comments

Livre du jour George Orwell 1984


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

GEORGE ORWELL, 1984



BIG BROTHER is watching you: Le livre qu’il faut absolument avoir lu…

CHAPITRE I
C’était une journée d’avril froide et claire. Les horloges sonnaient treize heures. Winston Smith, le menton rentré dans le cou, s’efforait d’éviter le vent mauvais. Il passa rapidement la porte vitrée du bloc des « Maisons de la Victoire », pas assez rapidement cependant pour empcher que s’engouffre en mme temps que lui un tourbillon de poussière et de sable.
Le hall sentait le chou cuit et le vieux tapis. À l’une de ses extrémités, une affiche de couleur, trop vaste pour ce déploie- ment intérieur, était clouée au mur. Elle représentait simple- ment un énorme visage, large de plus d’un mètre : le visage d’un homme d’environ quarante-cinq ans, à l’épaisse moustache noire, aux traits accentués et beaux.
Winston se dirigea vers l’escalier. Il était inutile d’essayer de prendre l’ascenseur. Mme aux meilleures époques, il fonctionnait rarement. Actuellement, d’ailleurs, le courant électrique était coupé dans la journée. C’était une des mesures d’économie prises en vue de la Semaine de la Haine.

GEORGE ORWELL, 1984

Comments

Livre du jour H. de Balzac Le Bal de Sceaux


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Balzac, Le bal de Sceaux

1829. La Comédie humaine – Études de mœurs. Premier livre, Scènes de la vie privée – Tome I. Premier volume de l’édition Furne 1842



Si le comte de Fontaine, ancien Vendéen, a accepté la monarchie constitutionnelle de Louis XVIII, sa fille Émilie refuse tous les partis qu’on lui propose, ne voulant épouser qu’un Pair de France. Un jour, elle décide de se rendre au bal de Sceaux pour « faire peuple ». Cet endroit est fréquenté par toutes les couches de la société de Paris et des environs. Elle y remarque un jeune homme élégant qui ne peut être que de bonne naissance…

Balzac, Le bal de Sceaux

Comments

Livre du jour Isaac de Benserade Fables


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Dramaturge et poète français adepte du style précieux, Isaac de Benserade fut notamment l'auteur de livrets de ballets pour Lully. Ses quatrains, inspirés des fables d'Ésope, furent publiés en 1678. Ils renchérissaient par leur concision sur la tradition ésopique de brièveté. La Fontaine prendra souvent le parti inverse et développera au contraire le récit au point d'en faire parfois de véritables petites dramaturgies.


Extrait
Le Loup et le Chien.
Que tu me parais beau, dit le loup au limier,
Net, poli, gras, heureux et sans inquiétude !
Mais qui te pèle ainsi le col ? Mon collier.
Ton collier ? fi des biens avec la servitude.
Dépendre dans les fers du caprice d’un maître,
Dure condition, disait le loup au chien ;
Il lui fit bien connaître
Que sans la liberté, tout le reste n’est rien.

Fables, d’Isaac de Benserade

Comments

Livre du jour O. Wilde le Portrait de Dorian Gray


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Un homme mène une vie libre, guidée par la seule recherche du plaisir, sans aucune barrière morale. Les traces de ses excès et de ses crimes s’inscrivent sur son portrait jusqu’à le défigurer, alors que son visage reste intact et innocent. Roman sur le Bien, le Mal, et sur l’art qui transcende cette dualité.

Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray

Comments

Livre du jour G. Apollinaire Le Passant de Prague


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Un Apollinaire rare sur la toile. Une réécriture de l’histoire du Juif errant.

«
...ma vie sans fin et sans repos. Car je ne dors pas. Je marche sans cesse, et marcherai encore pendant que se manifesteront les Quinze Signes du Jugement Dernier. Mais je ne parcours pas un chemin de la croix, mes routes sont heureuses. Témoin immortel et unique de la présence du Christ sur la terre, j'atteste aux hommes la réalité du drame divin et rédempteur qui se dénoua sur le Golgotha. Quelle gloire! Quelle joie! Mais je suis aussi depuis dix-neuf siècles le spectateur de l'Humanité, qui me procure de merveilleux divertissements. Mon péché, monsieur, fut un péché de génie, et il y a bien longtemps que j'ai cessé de m'en repentir.

Il se tut. Nous visitâmes le château royal du Hradschin, aux salles majestueuses et désolées, puis la cathédrale, où sont les tombes royales et la châsse d'argent de saint Népomucène. Dans la chapelle où..


Guillaume Apollinaire, Le Passant de Prague
Comments

Livre du jour L. Tolstoï la Mort d'Ivan Illitch

INCIPIT

Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, un livre audio.

À écouter en voiture, en bricolant, en jardinant…

I

«Au Palais de Justice, pendant la suspension de l’audience consacrée à l’affaire Melvinsky, les juges et le procureur s’étaient réunis dans le cabinet d’Ivan Egorovitch Schebek, et la conversation vint à tomber sur la fameuse affaire Krassovsky. Fedor Vassilievitch s’animait en soutenant l’incompétence ; Ivan Egorovitch soutenait l’opinion contraire. Piotr Ivanovitch qui, depuis le commencement, n’avait pas pris part à la discussion, parcourait un journal qu’on venait d’apporter.
— Messieurs ! dit-il, Ivan Ilitch est mort.
— Pas possible !
— Voilà, lisez, dit-il à Fedor Vassilievitch en lui tendant le numéro du journal tout fraîchement sorti de l’imprimerie.
Il lut l’avis suivant encadré de noir :
[…]»


Tolstoï La Mort d'Ivan Illitch

Comments

Livre du jour R. Radiguet le Bal du comte d'Orgel


Chaque jour, un livre en téléchargement gratuit

Le Bal du Comte d’Orgel (extrait)

« Les mouvements d’un cœur comme celui de la comtesse d’Orgel sont-ils surannés? Un tel mélange du devoir et de la mollesse semblera peut-être, de nos jours, incroyable, même chez une personne de race et une créole. Ne serait-ce pas plutôt que l’attention se détourne de la pureté, sous prétexte qu’elle offre moins de saveur que le désordre?
Mais les manœuvres inconscientes d’une âme pure sont encore plus singulières que les combinaisons du vice. C’est ce que nous répondrons aux femmes, qui, les unes, trouveront M
me d’Orgel trop honnête, et les autres trop facile.
La comtesse d’Orgel appartenait par sa naissance à l’illustre maison des Grimoard de la Verberie. Cette maison brilla pendant de nombreux siècles d’un lustre incomparable. Ce n’est pourtant pas que les ancêtres de M
me d’Orgel se fussent donné le moindre mal. » […]


Raymond Radiguet, Le Bal du Comte d’Orgel



Comments