Du Bellay

Éphéméride 1e janvier 1560 décès de Joachim du Bellay

Joachim du Bellay naît vers 1522 à Liré, en Anjou, au château de la Turmelière.
Issu d'une famille de noblesse ancienne (famille de cardinaux, de diplomates et de gouverneurs), le jeune Joachim est orphelin très tôt de père et de mère. Il est confié à la tutelle de René, son frère aîné. Il a une enfance triste, solitaire et devient un adolescent fragile.

Vers 1547, il rencontre Pierre de Ronsard. Après avoir rêvé l'un et l'autre à une carrière militaire, ils ont dû y renoncer tous deux pour cause de surdité précoce.
Pierre de Ronsard et du Bellay étudient à Paris au collège de Coqueret, leur professeur est Jean Dorat, un brillant helléniste qui leur fait découvrir les auteurs de l'Antiquité et la poésie italienne. Ronsard et du Bellay forment alors un groupe de sept érudits qui prend en 1553 le nom de Pléiade.
Du Bellay avait embrassé l'état ecclésiastique et il devint chanoine de Notre-Dame de Paris, ce qui ne l'empêche pas de mener une vie assez mondaine. Ses vers lui donnent accès à la cour, où on l'appelle « l'Ovide français ».

En 1549, la Pléiade publie un manifeste que du Bellay a écrit :
Défense et illustration de la langue française : défendre le français contre la domination du latin, cultiver les genres nouveaux, enrichir le vocabulaire. Ce livre se veut l'acte de fondation de la poésie française.
Puis du Bellay publie un recueil d'une cinquantaine de sonnets, l'
Olive (1549). Ces sonnets « à la manière » de Pétrarque, connaissent un grand succès. C'est le premier recueil en français de sonnets amoureux.

Malgré des problèmes de santé, de 1553 à 1557, du Bellay devient secrétaire à Rome du cardinal Jean du Bellay, cousin de son père et grand diplomate. Cet exil de quatre ans, durant lesquels il écrit « Les Antiquités de Rome », commence dans l'enthousiasme. Mais la ville mythique de l'Antiquité n'est plus que ruines, faste et débauche. Le dégoût et le regret s'emparent du poète, sentiments qui lui inspireront ses plus belles pages. De retour à Paris, en 1558, il publie
Les Antiquités de Rome, les Jeux Rustiques et Les Regrets, un recueil de 191 sonnets (dont le 31e est le célèbre : « Heureux qui comme Ulysse »), en alexandrins.
Des ennemis secrets le firent accuser d'irréligion, ce qui nuisit à son avancement ; sa santé se détériore.

Sourd et malade, il s'éteint subitement, à sa table de travail, dans la nuit du 1er janvier 1560.


Comments