La Plaisante Sagesse Lyonnaise



Suis le lion qui ne mord point
Sinon lorsque l’ennui le poinct.

Méfie-toi des gones que savent faire rien de rien, ils sont capables de tout.

Pour que le vin fasse du bien aux femmes, il faut que ce soyent les hommes qui le boivent.

Courez toujours après le chien, jamais ne vous mordra
; beuvez toujours avant la soif, jamais ne vous adviendra.

Faut remplir sa cenpote avant de prendre soif.

Te vas pas apprendre à ta mère à faire des enfants
!

Le temps passe, toi aussi. Et demain sera pas long à devenir hier.

Du temps mal employé évite la disgrâce.
Tu crois passer le temps, c’est le temps qui te passe.

Pour ce qu’est de la chose de l’amour, n’y sois pas regardant, parce que, vois-tu, que t’en use ou que t’en use pas, ça s’use.

Faut pas faire la besogne pour qu’elle soye faite. Faut la faire pour la faire.

Travaille comme si tu devais vivre toujours. Vis comme si tu devais mourir le jour même.

Mange pas tout ce que tu gagnes, durant que te gagnes, si tu veux avoir de quoi manger quand te gagneras plus.

Des fois qu’y a qu’on dépense ses argents mal à propos. D’autres fois c’est de même qu’on les dépense pas. Le tout c’est d’être ni panier percé ni rapiat.

Les cornes, c’est comme la coqueluche, ça se prend du monde qu’on fréquente.

Si t’as deux amis et une femme t’as trois personnes contre.

Tout le monde peuvent pas être de Lyon. Il en faut ben d’un peu partout.

Quand on est amoureux, ça n’a qu’un temps. Quand on est bête, c’est pour toujours.

Tâche moyen de ne pas lâcher de bêtises, parce que t’auras beau courir après, t’auras de peine à les rattraper.
[…]
On a beau dire que c’est difficile de mourir, manquablement tout un chacun finit bien par s’en tirer.

T’as pas à t’en croire si t’es un beau bel homme
; t’en es pas rien cause.
[…]
Le tout c’est pas d’y faire, c’est d’y penser
; mais le difficile, c’est pas d’y penser, c’est d’y faire.
[…]
C’est mal fait d’arriver à la fin de sa vie juste au moment où on commence à savoir vivre.
[…]
Si t’as idée d’arriver centenaire, crains. Dieu, bien sûr, mais crains surtout les courants d’air.
[…]
Quand même qu’il est sur son trône, le Roi n’en est pas moins assis sur ses fesses, tout comme le canut sur sa banquette.

Vaut mieux prendre chaud en mangeant que froid en travaillant.

Si te montres trop ta femme et tes pécuniaux, te risques beaucoup qu’on te les emprunte. Et pour ce qui est de les ravoir, y a des chances qu’elle te revienne plus vite qu’eux.

Vois-tu, bien des fois qu’arrive que, malgré ses sous, un homme riche ne soye quand même qu’un pauvre homme.
[…]
Entre les bêtes et les gens, y a bien souvent que le baptême que fait la différence.

Le monde c’est comme l’Arche de Noé, y a toute espèce de bêtes.

Dans la vie n’y a que deux moments qui comptent, celui qu’on vient et celui qu’on s’en va. Le reste est de remplissage.
[…]
Soigne ta peau, te la porteras longtemps.
[…]
Au Paradis, on sera si heureux, si heureux, que l’éternité sera bien vite passée.
[…]
Mieux vaut n’avoir rien eu qu’avoir perdu. En fin de compte ça revient au même et on n’a pas à avoir de regrets.
[…]
Le temps vous dure plus à attendre la soupe qu’à la manger.
[…]
Il n’y a point si tant belle rose que ne devienne gratte-cul.

Quand on n’a besoin de rien tout le monde sont à votre service.
[…]
Y a pas à barguigner, faut vieillir ou mourir jeune.
[…]
Il n’y a rien de tel que d’être obligé d’y faire pour y faire.
[…]
T’énerve donc pas
! Il faut laisser du temps au temps.

Plus te prends d’âge, plus te peux te mettre en beau devant. ceux de ton époque qui t’ont vu faire la tarabate, le couratier et tout, sont plus là pour y dire. Et s’il en reste, ils se taisent, parce qu’ils ont petêtre bien, eux aussi, fait les cent dix-neuf coups.
[…]
Si tu veux avoir de l’argent devant toi, faut la mettre de côté.
[…]
Dans tout cuchon de monde, que ce soye à la Chambre ou à la vogue, y a toujours plus de pieds que de cervelles.

Nous autres, pauvres canuts, nous pouvons pas nous payer le médecin
; alors, nous mourons nous-mêmes.

Le fabricant mange quand il a faim
; le canut, quand il a pain.

pauvreté n’est pas vice, mais c’est bien plus pire.
[…]
Si tout un chacun prenait sa vraie place, ça en ferait un beau remue-ménage
!
[…]
Y a pas plus de la moitié des gens qui sont de mauvais monde, mais c’est toujours les mêmes qui reviennent.
[…]
Pour faire son chemin faut de l’honnêteté et de l’habileté. L’honnêteté, c’est de tenir ses engagements. L’habileté, c’est de jamais en prendre.
[…]
Le vrai du vrai c’est pas tant d’aller vite comme de savoir par où passer.
[…]
C’est pas les belles paroles qui font cuire la soupe.

La beauté se mange pas à la cuiller.
[…]
Il sait assez celui qui ne sait, s’il sait se taire.
[…]
On pense plus en deux heures, à soi tout seul, qu’en huit jours de compagnie.
[…]
Bien sûr, c’est pas drôle d’avoir des emberniements mais c’est toujours ça qu’on peut raconter à ses amis à qui ça fait tant plaisir.

Si des fois l’envie te prend de te marier, cherches-en une qui en vaille la peine. Manquablement l’envie te passera avant que te la trouves.

Cherches-tu femme fidèle et douce
Prends la ficelle pour la Croix-Rousse
Si te la veux vive et gentille
Prends le tramevet de la Guille
Si te l’espères sage et pas fière
Grimpe de pied jusqu’à Fourvière
Mais si tu veux bonheur et paix
Remplis ta cave de beaujolais.
[…]
Si te prends femme ne la prends pas borgnasse. Si te la prends borgnasse ne la prends pas catolle. Si te la prends catolle au moins qu’elle aye de quoi.
[…]
Quand tout un chacun a tort, tout le monde ont raison.
[…]
On fait toujours plaisir aux gens en leur rendant visite
: si c’est pas en arrivant c’est en partant.
[…]
Tant plus qu’on apprend, tant plus qu’on sent qu’on n’est pas le premier moutardier du Pape.
[…]
Grosses gens sont bonnes gens, rapport à ce que rien n’est plus maigrissant que la méchanceté.
[…]
C’est au moment de payer les pots qu’on sent qu’on n’a plus soif.
[…]




Justin Godart
Le 21 novembre 1920, sous le pseudonyme de Catherin Bugnard, il crée l’
Académie des Pierres Plantées.
C’est également sous ce nom qu’il écrit La plaisante sagesse lyonnaise, célèbre recueil de maximes et réflexions morales lyonnaises. Grand collectionneur de marionnettes, il fut également le président fondateur de l’association Les amis de Guignol

À la mémoire de mon amie lyonnaise Anne-Marie Gauberthier

Pour obtenir le fichier électronique complet en pdf :
Participation de 2,99 euros aux frais d'hébergement du site
Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !