Baudelaire, Les mythes baudelairiens

Introduction

Baudelaire n’est pas un « visionnaire » comme Hugo ; il n’est pas non plus un « chercheur érudit » comme Apollinaire. Pourtant, il a, à sa manière, une imagination mythique. Le mot « mythe » est prononcé (p. 212 édition Yves Florenne FDM 1857) pour caractériser le cygne :

« Je vois ce malheureux, mythe étrange et fatal… »

Le premier problème à résoudre va être celui de la définition de « mythe » : le mythe se distingue de l’allégorie en ce sens qu’il part d’un récit, d’un personnage ou d’un objet non pas fondamentalement inventés mais toujours liés à une culture ; le mythe (muyow en grec : la parole) est connu d’une culture et répond à des aspirations de la conscience collective tout en expliquant les fondements de cette conscience et de cette culture.

L’Allégorie, elle, part d’une abstraction et la revêt d’un habit humain. (Voir dans RECUEILLEMENT (p. 273) la femme, allégorie de la douleur) ; le symbole implique des rapports en profondeur (à rapprocher des « Correspondances ») et signifie qu’il y a un autre sens que celui immédiatement dénoté.

Plan de cette étude  :

1. Les mythes traduisant la nostalgie : nostalgie d’une origine mythique

A. Les mythes païens

B. Mythes bibliques et chrétiens

2. Les mythes venus de l’Antiquité, ayant acquis un caractère d’éternité

A. La femme idole

B. La muse dégradée

C. Les vieillards ou le mythe des corps desséchés

D. Le cygne

3. La création par Baudelaire de mythes modernes

A. Les grands « maudits » de la littérature moderne
B. Le mythe du poète maudit dès sa naissance
C. Modernité et lieux mythiques
D. Le vampire




pour obtenir le fichier électronique complet de 9 pages en pdf :
Participation de 2,99 euros aux frais d’hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.


Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !