Pascal,
Les Provinciales




Les Lettres à un Provincial dont la première date du 23 janvier 1656, d’abord
anonyme, bientôt signée Louis de Montalte, secouent l’opinion. Ce sont les premiers
tracts ; elles pénètrent partout, jusqu’à la table de Mazarin. Le pouvoir se
sent touché, le chancelier Séguier - instrument des basses oeuvres de l’absolutisme
- manque mourir de fureur : il faut le saigner six fois dans une même
journée !


Chefs-d'oeuvre du « journalisme », elles sont aussi un des premiers chefs-d’oeuvre
de la littérature clandestine : la répression s’abat sur les imprimeurs ; on met
Savreux et Langlois en prison, on perquisitionne chez le libraire Petit,
Les
Provinciales
sont imprimées sur toutes les presses, dans des hôtels meublés, dans
des collèges, sous le couvert du proviseur ; quand Périer, beau-frère de Pascal,
vient faire un tour à Paris, c’est sur son lit que sèchent les épreuves de la
5e
Provinciale
et le Jésuite qui vient le visiter ne voit pas de quoi il retourne - heureusement !


Pascal, lui, va de logis en logis, fréquentant les meublés du Quartier latin, « le Roy
David », par exemple sis juste en face du bastion jésuite, le collège de Clermont.
Quant au principal intéressé, Arnauld, il y a longtemps qu’il a pris la clef des
champs, fuyant le bras séculier.


C’est ce climat qu’il faut sentir pour comprendre
Les Provinciales, oeuvre militante,
brûlant non seulement les tonsures jésuites mais les moustaches de Mazarin et
dont la joyeuse allégresse nous touche encore parce qu’elle s’adresse à la force, et
tout particulièrement à la force tentant de faire la loi dans le domaine de la pensée.


Au départ,
Les Provinciales ne sont pas un pamphlet contre les Jésuites ; elles sont
une arme défensive, un moyen de détourner de Port-Royal les coups d’un pouvoir
inspiré par ce que Pascal appelle dédaigneusement « les moines ». S’il existe un fil
conducteur dans ces oeuvres conçues au jour le jour de l’actualité, et sans plan
préconçu, c’est bien celui-là : Pascal a un but, clair et ferme, sauver Port-Royal,
bastion de l’augustinisme en France.


Les vicissitudes d’une polémique.
[…]


Les Provinciales encore vivantes
[…]


Des Provinciales aux Pensées
[…]


Pour obtenir le fichier complet de 7 pages :
participation de 2,99 euros aux frais d’hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.
Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !