L’art de Pascal
La poésie de Pascal dans Les Pensées

Stacks Image 449
Deux études :

• L'art de Pascal
• La poésie de Pascal dans
Les Pensées

L'ART DE PASCAL


1. Le mouvement



La première caractéristique de l’art de Pascal est
le mouvement, un mouvement de cadence variable, se moulant sur le mouvement propre de la pensée, retrouvant le rythme de la pensée du lecteur (cf. fragment 701), mais le plus souvent d’une rapidité haletante, fulgurante, négligeant les verbes, les mots de liaisons, se jouant des répétitions: ainsi le fragment 819:

« 
Rien ne nous plaît que le combat, mais non pas la victoire. On aime à voir les combats des animaux, non le vainqueur acharné sur le vaincu. Que voulait-on voir, sinon la fin de la victoire? Et, dès qu’elle arrive on en est saoul. Ainsi dans le jeu; ainsi dans la recherche de la vérité. On aime à voir dans les disputes le combat des opinions; mais de contempler la vérité trouvée, point du tout. »
Ce caractère rapide, nerveux, passionné du mouvement, mimant la quête éternelle et vaine du bonheur, est mis en valeur par
le rythme impair caractéristique de la phrase pascalienne.


2. Le dialogue

Le développement, s’il n’est jamais statique, n’est jamais non plus logique et continu
: le trait important en est le dialogue explicite ou souterrain: toute pensée de Pascal suppose un dialogue soit qu’elle l’exprime, soit qu’elle y trouve sa place, comme objection ou comme réponse à une objection:
« 
Pourquoi me tuez-vous? Eh quoi! n’habitez-vous pas de l’autre côté de l’eau? »
Tout le fragment 418 (Le Pari) est un immense dialogue, et la plupart des fragments prennent leur place dans ce grand dialogue platonicien qu’est l’
Apologie. De là le naturel (qualité maîtresse de l’art pascalien de persuader) de toute la rhétorique pascalienne: interrogations, exclamations, énumérations, répétitions, autant d’expressions naturelles du combat que Pascal engage avec le libertin et avec lui-même.


3. Le concret

Le sens du concret
de l’art pascalien se rattache à l’empirisme de sa pensée; sa manière d’écrire est « toute composée de pensées nées sur les entretiens ordinaires de la vie » (fragment 795); elle évoque « un soldat, un goujat, un cuisinier, un crocheteur », un « talon de soulier » (34), « une jolie petite damoiselle toute pleine de miroirs et de chaînes » (fragment 637). Parfois elle ne recule pas devant le trivial.
Mais
l’imagination pascalienne, si par ses comparaisons, ses exemples et ses métaphores, établit un pont entre le monde et la conscience, entre le moi et son champ d’expérience, s’ouvre aussi sur l’immensité: le célèbre texte des Deux Infinis (fragment 197) est un des plus beaux exemples de poésie cosmique qu’il y ait dans notre langue; la vue copernicienne du monde trouve enfin son interprète, et la pluie des métaphores, le mouvement ascensionnel et circulaire de la période célèbrent l’accession de l’homme à l’infini concret:


« 
Que l’homme contemple donc la Nature entière dans sa haute et pleine majesté, qu’il éloigne sa vue des objets bas qui l’environnent, qu’il regarde cette éclatante lumière mise comme une lampe éternelle pour éclairer l’univers, que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit et qu’il s’étonne de ce que ce vaste tour sur lui-même n’est qu’une pointe très délicate à l’égard de celui que ces astres qui roulent dans le firmament embrassent. »


Comment conclure, si ce n’est sur le caractère paradoxal de la pensée de Pascal et l’ambiguïté de sa signification pour nous
?
Pascal engageant
la lutte contre la raison, certes,! mais aussi défendant contre la raison et la déduction rationnelle le recours, plus riche d’avenir, à l’expérience. Conservateur, sans doute, et prêchant l’obéissance, puisque la guerre civile est le plus grand des maux et que toute révolte est dérisoire dans une société figée, mais aussi démontrant la radicale non-valeur des « grandeurs d’établissement », de l’ordre social concret, inacceptable par nature et par là même sapant à la base tout effort pour justifier selon la raison ou selon Dieu, l’ordre établi dénonçant par avance la vanité de la position d’un Bossuet dans sa Politique tirée de l’Écriture sainte et son Discours sur l’Histoire universelle.

Pascal, dont la pensée, fondamentalement religieuse, nous donne en même temps l’un des premiers et des plus puissants exemples d’une
approche véritable de la dialectique, posant comme méthode de pensée l’opposition et l’union des contraires, le « renversement du pour au contre ».

Pascal, dont la pensée, non-historique en ce sens qu’elle refuse la perspective de l’amélioration d’un ordre du monde radicalement négatif, est en même temps effort pour étayer tout dogme sur l’histoire humaine.

La poésie de Pascal dans Les Pensées

[…]

Pour obtenir la seconde étude en fichier électronique pdf :
participation de 2,99 euros aux frais d'hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !